Voyage au Japon [20.08.18 : Akihabara, Senso-ji & Asakusa]

Ce matin, nous nous réveillons à 8H30. Je décide de bouleverser un peu les plans de cette journée. Depuis le début, nous avions pu scrupuleusement suivre les journées que j’avais prévu mais aujourd’hui la météo va changer quelques petites choses. Pas de problème, on s’adapte !

Je voulais à la base faire la Skytree le matin à la première heure puis enchainer sur la visite du quartier de Asakusa avec son temple Senso-ji. Nous aurions dû ensuite poursuivre vers Akihabara pour faire le tour des différentes boutiques du quartier. Mais mon téléphone m’annonce malheureusement de la pluie pour ce matin et du soleil pour cet après-midi, nous ferons donc l’inverse !

Nous partons prendre le bus en direction de Shibuya Station et cette fois, on essaye vraiment de repérer de quel côté le bus nous arrête afin de pouvoir le rejoindre plus facilement ce soir. Nous prenons ensuite le métro pour rejoindre directement Akihabara. En sortant, le ciel est gris certes, mais il ne pleut pour l’instant pas. Nous faisons un tour dans ce quartier où les mangas règnent en maitres.

Akihabara est assez calme en cette matinée, on commence par entrer au sein de Yodabashi Camera, un grand magasin high tech sur 8 étages. Puis c’est à Book-of que nous trainons un peu, cette fois c’est la même chose mais orienté CD/DVD/Mangas. Les gens sont tous assis en train de feuilleter des mangas, ils achètent des collections entières. Je n’ai jamais vu autant de mangas de ma vie au même endroit !

Nous repartons ensuite dans le centre névralgique de Akihabara, où magasins de jeux, de figurines et de mangas se côtoient.

Dans ces boutiques, on y trouve de tout, des goodies sur les mangas historiques mais surtout sur les dernières nouveautés, pour la plupart encore inconnues pour nous, pauvres Français. Étonnement si on recherche des anciens mangas c’est en réalité assez difficile de trouver son bonheur du premier coup.

Passage obligé dans une boutique de jeux de pinces une fois de plus, et c’est Adélie qui réussira à attraper un petit Pikachu. Décidément les pinces Japonaises n’ont rien à voir avec les pinces Françaises !

Nous enchainons avec quelques magasins de jeux de cartes ou d’électronique sur le chemin,avant d’entrer dans le magasin « Super Potato » que nous aurons chercher un bon moment avant d’enfin trouver la devanture. Ce magasin est vraiment très drôle, on y trouve de tout, jeux vidéos, goodies, un vrai repère d’otaku. Au dernier étage de la boutique, on y trouve une grande salle de jeux avec des roulettes, un peu comme au casino. Forcément, ça attire mon attention ! Je tente 100Y et joue pendant plusieurs minutes, je perds, je regagne, et finalement je perds ma mise.

Il est près de midi et pour déjeuner, j’avais prévu un restaurant un peu spécial. Je voulais aller tester le « Home Café » un maid café. Oui oui, ces fameux cafés avec des jeunes filles déguisées en servantes. C’est très cliché certes, mais tellement japonais que je voulais à tout prix vivre cette expérience. Nous montons à l’accueil du Home Café au dernier étage de l’immeuble et nous sommes accueillies par toutes les demoiselle en tenue, qui nous souhaite la bienvenue en chœur. L’une d’entre elle nous demande de patienter 10 minutes et nous laisse une carte expliquant le concept du restaurant.

Une jolie maid avec la voix suraiguë nous installe à une table libre et nous donne les menus. Nous devons payer l’admission puis un plat ou un dessert ou un verre, ou alors l’admission avec un menu complet. Dans les menus, la photo avec la maid est incluse , mais cela ne nous intéresse pas. Nous optons juste pour un plat chacune.

Le restaurant est rempli de japonais et surtout d’hommes d’un certain âge venu se rincer l’œil sûrement ! La maid qui s’occupe de nous en fait des caisses, comme toutes les autres, mais c’est vraiment très drôle à voir. Elle nous demande nos prénoms afin de pouvoir les écrire sur des cartes qui seront nos « cartes de princesse ». C’est vraiment énorme ! A partir de ce moment, nous serons « Princess Laura » et « Princess Adélie ». Elle nous demande aussi d’où nous venons, quand elle entend « France », ses yeux s’illuminent, elle demande « Paris ?? » Non pas vraiment ! Elle nous demande depuis combien de temps nous sommes là et ce que nous avons vu du Japon. Elle fait vraiment mine de s’intéresser à ce que je lui raconte, c’est vraiment une drôle d’expérience ! Une clochette est à disposition sur la table, nous devons sonner quand nous avons choisi nos plats ou si nous avons besoin de quelque chose.

Peu après avoir commandé, la lumière du restaurant s’éteint, une maid passe nous distribuer un petit bâtonnet avec un cœur lumineux au bout et nous demande de l’agiter. Ça promet une super ambiance ! (je déconne.) Quatre jeunes maids montent sur la petite scène du restaurant et un spectacle sons et lumières a lieu. Tout est chorégraphié au millimètre près. Les jeunes filles chantent par dessus une bande sons et le public doit aussi faire sa part : agiter les cœurs en rythme. Le spectacle ne dure que 5 petites minutes et déjà les lumières se rallument.

Nos plats arrivent enfin, exactement fidèles à la photo du menu, notre maid attitrée vient même avec une bouteille de ketchup pour demander quel dessin nous voulons sur l’omelette. C’est vraiment (trop) mignon !

A la table d’à côté, un jeune couple est ébahis par les cocktails magiques proposés à la carte. Ils sont soit rose soit bleu…. ils applaudissent énergiquement. Oui oui, juste pour une histoire de colorant. Nous, ça nous fait plus rigoler qu’autre chose.

Il est interdit de faire des photos à l’intérieur du restaurant, nous ne pouvons prendre en photo que nos plats et si nous voulons nous prendre en photo, il faut demander à une maid de le faire. C’est exactement ce que nous faisons pour garder un souvenir de ce moment vraiment très fun.

A 13H, c’est l’heure pour nous de partir, toutes les maids se réunissent pour nous dire au revoir et nous remercier. C’est un peu gênant !

Nous revenons dans le centre de Akihabara et une fine pluie commence à tomber (ah ben merci la météo…. !!). Nous partons visiter le dernier magasin que je voulais voir : Don Quijote. J’avais déjà mis les pieds dans un Don Quijote à Hawaï il y a quelques années, c’est une immense enseigne où on peut trouver tout et n’importe quoi.

On profite de cette petite averse pour faire tous les étages du magasin.

En sortant, une file pluie tombe toujours, j’avais prévu d’aller faire un tour au Owl Café (un café avec des chouettes), mais en arrivant devant je m’aperçois qu’il est fermé et qu’il fallait réserver… Mince alors ! Il pleut à présent quelques gouttes, ce n’est même pas la peine de sortir le parapluie mais on préfère se poser à un café pour programmer la suite de la journée.

Malgré le ciel toujours chargé, on décide de partir pour Asakusa non loin de là. La Ginza Line nous fait arriver juste à côté de l’avenue commerçante. On préfère zapper les grandes allées afin de rejoindre directement la porte Kaminarimon qui mène vers le temple Senso-ji.

Il y a énormément de monde devant la porte, il est difficile de la prendre en photo. Tout le monde essaye de toucher la grande lanterne pour apporter chance et bonheur.

Après avoir passé la porte, il nous faut maintenant traverser un énorme marché à souvenirs avant d’arriver non loin d’un croisement où nous pouvons apercevoir la célèbre SkyTree Tower. Aucun regret de ne pas être monté ce matin car il fait vraiment beaucoup trop gris aujourd’hui. Ce n’est que partie remise !

Nous arrivons enfin nez à nez avec le temple Sensō-ji. Il est constitué d’un batiment principal ainsi que d’une très jolie pagode. Le ciel est gris, ça d’accord, mais cette impression de brouillard m’intrigue…. en regardant de plus près il s’agit en fait d’encens qui brûle et enfume un peu le paysage. Malgré tout, le lieu est vraiment beau et inspire bizarrement au calme malgré tous les touristes qui s’y agglutinent.

Nous faisons le tour des lieux et croisons un petit Bouddha dans un coin, comme une petite merveille cachée près du temple.

Après avoir fini notre petite visite, la fine pluie décide de se mêler à notre fin de journée. Bon ce n’est pas très grave, on a fini de visiter ce qu’on voulait. On repart donc faire un tour dans les arcades fermées du quartier.

Adélie voit un pain qui lui semble appétissant, il s’agit d’un gros pain sucré qu’elle achète pour se le manger en dessert ce soir.

Nous en profitons pour recharger nos cartes SUICA dans un konbini avant de reprendre le métro pour Shibuya.

Il n’est que 17H quand nous y arrivons. La pluie ayant cessée, je voulais en profiter pour faire quelques photos du quartier de nuit. En attendant que la nuit tombe, on voulait faire un karaoké mais malheureusement, en arrivant devant l’adresse du Big Echo, on trouve celui ci fermé pour cause de travaux. Zut alors ! Nous ne voulons pas courir dans tout le quartier pour aller à un autre centre de la même enseigne (maintenant qu’on sait exactement comme ça marche chez eux, on ne changera pas !), nous allons donc opter pour une pause café non loin d’ici.

Après cette petite pause, nous partons visiter le magasin Forever 21, une enseigne que j’aime beaucoup. Ici, il est sur 7 étages… 7 étages entièrement dédiés aux vêtements, chaussures et accessoires. Un vrai temple de la mode ! Notre tour du magasin dure un bon moment mais nous ressortons finalement sans rien avoir acheter.

Il fait nuit quand on ressort, nous décidons d’aller à Purrikura no Mecca, un centre de Purrikura en plein cœur de Shibuya. Oui oui, je parle de ces photos très mignonnes et très retouchées qui font fureur chez les jeunes japonaises. J’avais déjà testé à la Japan Expo il y a quelques années mais j’avais bien dû payer 10€ pour ça ! Avant d’y aller, nous avions pris le temps de lire sur Internet comment ça se passait donc ça ne devrai pas être bien compliqué.

Arrivées dans le centre, nous faisons le tour de toutes les machines disponibles, et je peux vous dire qu’il y en a un bon paquet. Toutes les jeunes filles japonaises font la queue pour poser avec leurs amies dans une des nombreuses machines, c’est vraiment The Place To Be !

Nous choisissons enfin une machine où il n’y a pas personne et introduisons nos 400Y. A l’extérieur de la machine, nous devons choisir le thème et les poses. Nous entrons finalement dans la cabine où les poses sont illustrées sur un grand écran. C’est vraiment très drôle à faire, malgré que les poses fassent tout sauf naturelles. Une fois les photos faites, l’automate nous indique de quel côté sortir pour customiser nos photos. C’est le moment le plus drôle ! En plus des yeux agrandis et des visages affinés, nous devons maintenant rajouter plein de petites choses sur nos photos, ce travail se fait à deux sur des tablettes, grâce aux deux stylets.

C’est tellement drôle qu’on décide de tester une deuxième machine avec des poses toujours aussi drôles. Cette fois, on est un peu plus à l’aise et on s’amuse même à poser comme les japonaises avec les doigts en V.

Après ce moment d’amusement, c’est l’heure de rentrer à l’appartement. En partant, je fais quelques photos des belles rues illuminées de Shibuya. Quel bel environnement, j’aime beaucoup !

J’appelle ma Maman pour lui montrer la beauté d’une grande ville Japonaise de nuit, et pendant ce temps, on traverse une nouvelle fois le croisement.

Au lieu de rentrer à pieds, on a le temps alors on entreprend de retrouver notre bus. Nous pouvons en prendre 2 pour rentrer (le 6 ou le 87) mais on ne trouve l’arrêt ni de l’un, ni de l’autre, et pourtant c’est pas les bus qui manquent ici ! On demande à plusieurs personnes et on regarde tous les plans de la station mais il n’y a pas moyen, on ne trouve pas… tant pis ! Finalement, une personne nous indiquera que nous sommes du mauvais côté de la gare, et que notre bus s’arrête côté Est et non côté Ouest. Les deux côtés se ressemblant étrangement, difficile de s’en rendre compte. On décide de partir à pied pour ce soir, on réessayera demain !

Nous arrivons à l’appartement sur les coups de 20H30 pour nous faire à manger, faire une lessive et nous poser devant une série avant de se coucher quelques heures après.