Voyage en Islande [31.10.18 : Entre Vik et Hofn & Aurores Boréales]

Ce matin encore, nous nous levons à 8H. La différence avec les 3 jours précédents est que ce matin, nous avons le petit-déjeuner inclus à l’hôtel. Et ça, ça fait plaisir !

Nous savoureux ce petit-déjeuner et prenons la route aussitôt après. Aujourd’hui notre étape du soir se situe à Hofn, à 250km de là. En chemin, la seule étape que je voulais faire était le lagon de Jökulsárlón et la Diamond Beach juste à côté. Nous avons donc toute la journée pour parcourir cette distance et s’arrêter en fonction de nos envies.

Aujourd’hui le ciel est bleue et la température avoisine les 4°C, c’est très agréable. Quelques kilomètres après Vik, le paysage change brusquement.

Des immenses petites bosses vertes s’élèvent de chaque côté de la route. Durant un bon moment nous roulons au milieu de ces curiosités. Tous les arrêts sont situés sur le côté gauche de la chaussée mais la route est trop fréquentée pour pouvoir s’arrêter en sécurité. Au bout de plusieurs kilomètres, ça y est, nous avons enfin une possibilité de nous arrêter de notre côté, et c’est carrément un petit parking qui est aménagé. Plusieurs voitures sont arrêtées sur ce bas-côté, on dirait qu’il y a vraiment un truc à voir dans le coin !

Effectivement, un petit panneau indique le site de Skaftareldahraun, patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce site renferme 565km² de lave qui est venu se rependre sur toute la zone lors d’une éruption il y a très longtemps. Plusieurs panneaux explicatifs détaillent la catastrophe et les spécificités de ce site unique. Un petit chemin est aménagé en hauteur pour passer au milieu des boules de laves. C’est vraiment magnifique, surtout avec le soleil qui brille dans ce ciel tout bleu.

Après ce petit arrêt qui fut notre première surprise de la journée, nous continuons d’avancer vers l’Est. La neige refait son apparition et nous nous retrouvons à nouveau sur des routes enseignées avec en ligne de mire, d’énormes glaciers. Nous sortons quelques fois de la route pour faire quelques photos et quelques vues avec le drone. Nous voyons les montagnes enneigées au loin et les cascades cachées dans les creux des grands glaciers. C’est vraiment magnifique. Ces incroyables paysages renforcent ce que je pensais depuis le départ : le plus beau à voir en Islande, ce n’est pas les sites touristiques, c’est tout ce qu’il y a entre.

Nous reprenons notre chemin, cette fois en quête du site de Mafabot, grand lac où on été tourné des bouts du film Interstellar.

Nous choisissons un chemin qui semblait sur Google Maps être le plus près du lac, mais il sera impossible à approcher. La route est pleine de verglas, sans les pneus cloutés il aurait été difficile de s’y engager. En faisant demi tour sur un petit chemin de terre rempli de neige, nous croisons deux moutons en train de se foncer dessus, c’était assez drôle !

Un peu plus loin, nous nous arrêtons sur une route enneigé où beaucoup de roches noires dépassent du sol, cela donne vraiment l’impression d’être sur la lune. La chemin risque d’être long jusqu’à Hofn, car nous ne cessons de nous arrêter un peu partout tellement les paysages sont différents et magnifiques à chaque kilomètre. Les vues de drone nous font aussi prendre conscience de la taille de ces énormes montagnes qui nous entourent.Sur le bord de la route 1, une espèce d’aire de repos a été emménagé, et à l’intérieur se trouvent une boutique souvenirs, des toilettes et un restaurant. Pour notre part, nous mangerons au calme dans notre voiture vu que nous avons encore des provisions. Nous profitons donc de notre repas face aux grands glaciers qui se dressent en toile de fond, pendant que le ciel est toujours aussi bleu. Nous en profitons car à Jökulsárlón, de la forte pluie est annoncée…

Un peu plus loin, nous nous arrêtons sur un petit parking près d’un cratère. Des photos de mariage sont en train d’être prises non loin de là. La pauvre mariée de ce couple de chinois est en robe dans la neige, elle doit avoir vraiment froid.Une dizaine de minutes avant d’arriver à Jökulsárlón, la brume se rapproche de plus en plus. Un arc en ciel exceptionnel fait son apparition juste devant nous. Nous sommes encore obligés de nous arrêter pour immortaliser ce miracle de la nature.

La pluie s’abat rapidement sur nous quelques kilomètres plus loin. La météo avait donc bien raison !

Nous nous arrêtons tout de même quelques mètres avant l’entrée principale du lagon car nous apercevons les formes des icebergs dépasser des falaises. L’accès n’est pas simple par ici, et avec la pluie c’est encore pire. Nous tentons donc d’aller nous garer sur le véritable parking du site. Ici, c’est plein à craquer de monde. Certains marchent le long du lagon, d’autres montent en haut d’une grande falaise pour avoir une vue à couper le souffle sur la baie, et d’autres viennent ici car ils ont réservé un tour en bateau pour faire le tour des icebergs depuis la mer. Bon courage à ceux qui vont faire ça aujourd’hui, je n’aurai pas tenu deux minutes haha !

Nous faisons le tour de la rive malgré un vent impressionnant. Quelques icebergs bleus clairs flottent au-dessus des flots déchainés, certains bougent et se déplacent, certains sont plus massifs et semblent parti pour rester là un certain temps. Il ne pleut plus mais le vent est vraiment très fort, je comprends mieux pourquoi il est indiqué sur la voiture qu’il faut faire attention aux portières, en un seul coup de vent elles peuvent s’envoler ! Je tente de monter au haut de la petite butte pour faire quelques photos de plus haut mais je ne resterai pas longtemps, je peine à rester debout avec le vent en face.

Nous ne faisons pas long feu sur ce site et retournons nous abriter dans la voiture.

Nous allons tout de même faire un tour jusqu’à la Diamond Beach, vu que nous ne sommes pas loin. Les vagues sont démontées, il y a peu de monde osant affronter le vent pour se balader sur cette plage noire remplie de petits morceaux de glace. Je tente le coup quelques minutes mais je ne parviens pas à avancer avec le vent, et la pluie est vraiment trop forte, ça ne vaut pas le coup. Nous décidons de continuer notre route en direction de Hofn. Nous pourrons toujours revenir demain sur ce site d’exception pour en profiter comme il se doit.

Durant l’heure de route qui nous sépare de Hofn, le déluge s’abattra sur nous à plusieurs reprises. Il pleut vraiment fort à certains moments, il en devient difficile de discerner les environs. Pourtant ça semble vraiment magnifique. Nous notons plusieurs points où nous pourrons nous arrêter demain pour faire quelques photos.

Il est 16H30 quand nous arrivons devant notre hôtel, à 10 minutes de Hofn. Il s’agit d’une « guesthouse » mais ici, cela veut simplement dire une grande boite avec plein de chambres en enfilade, sur le terrain de la ferme propriétaire. C’est assez drôle car il y a beaucoup d’hébergements de ce type en Islande. Nous récupérons la clé de notre chambre et allons y déposer nos affaires.

Nous ne restons pas et partons directement sur Hofn afin de faire un petit tour de cette ville portuaire. Le chemin ne dure que 10 minutes avant d’arriver dans les quelques rues de cette petite bourgade.

Après avoir fait le plein de la voiture, nous rejoignons le port. Il est vraiment minuscule alors nous faisons rapidement le tour. Nous suivons un petit chemin qui monte à une plateforme où se trouvent quelques monuments. Nous nous garons et sortons difficilement de la voiture à cause du vent, capable de décorner un bœuf.

Nous faisons le tour de la petite place où trônent un soleil métallique et 3 grands poteaux aux formes étranges , il n’y a pas grand-chose à voir, mais la vue sur les montagnes au loin est plutôt belle malgré le brouillard qui les entourent.

Nous aurions bien voulu aller boire un verre histoire de passer le temps avant de manger. Le soleil commence à se coucher, nous ne visiterons rien de plus. Malheureusement le seul bar que Google Maps me trouve dans Hofn, n’ouvre qu’à 20H, et il n’est que 17H actuellement…Quelle ambiance !

Bon ben en attendant nous allons rentrer nous poser à l’hôtel afin de ne repartir que pour manger. Sur le chemin du retour, je vérifie les horaires de la pizzeria que j’avais repéré. Elle ne ferme qu’à 21H, c’est bon, on reviendra vers 19H dans ce cas. Nous profitons de ce temps libre à l’hôtel pour préparer nos affaires pour le lendemain, décharger les photos, etc…

Sur les coups de 19H, nous repartons pour Hofn, et nous rendons à la pizzeria que nous avions repéré tout à l’heure. Le concept est super sympa, on s’assoit où on veut, on commande et on paye au bar, puis on nous amène la commande directement à table. J’ai l’impression que c’est quelque chose de très courant en Islande.

Après ce bon repas nous hésitons à attendre l’ouverture du seul bar de la ville, mais finalement nous préférons rentrer.

A 20H, nous sommes déjà rentrés à l’hôtel. Nous profitons d’une soirée tranquille, toujours à guetter les aurores boréales mais avec un indice de 2 ce soir, nous n’avons pas vraiment d’espoir.

En sortant la tête dehors, Julien me dit qu’il y a deux personnes avec des appareils photos et des trépieds qui semblent attendre quelque chose dehors. Étrange… Je me rhabille aussi sec et décide de sortir pour aller leur demander ce qu’ils attendent, tout en allant récupérer mon trépied dans la voiture. En passant je leur demande « Vous attendez des aurores boréales ? », ils me répondent en fait qu’ils en photographient une juste en ce moment-même. Ils me pointent alors du doigt une source de lumière très pâle à l’horizon. L’homme m’indique que ce n’est pas la lune mais bel est bien une aurore boréale qui ne se verra pas à l’œil nue car beaucoup trop légère. En revanche, en faisant une pose longue, il est possible de la voir toute verte. Trop bien !! Je file chercher mon trépied dans la voiture, préviens Julien qui se rhabille en deux temps trois mouvements, et nous partons rejoindre nos nouveaux amis.

Les réglages ne sont pas faciles à trouver (surtout avec des gants), il faut dire que l’aurore est très pale, on ne distinguera que très peu de lumière verdâtre dans le ciel. Sur mon appareil en revanche, la lumière parait tout de suite beaucoup plus verte au fur et à mesure que les minutes passent. On ne peut pas vraiment dire qu’on a « vu » une aurore boréale, mais en tout cas mon appareil photo en a bel et bien capté une. A un moment nous verrons même pendant quelques minutes une lueur plutôt verdâtre dans le ciel. Au bout de presque une heure, la lumière perd en intensité. La bande blanche que nous voyons dans le ciel est beaucoup plus diffuse et même sur les photos, le vert tend à disparaitre également. Cette fois, c’est la fin ! Ce que vous parvenons à voir à l’œil nu en revanche c’est la voie lactée, très visible dans le coin.

Notre prochaine chance pour tenter d’observer une aurore boréale sera Samedi, le taux de probabilité sera bien plus élevé !

Nous nous couchons juste après cette belle expérience, pour une bonne nuit de sommeil, il est déjà plus de minuit.