Voyage au Japon [24.08.18 : Ikebukuro, Tremblement de terre et Karaoké]

Ce matin, réveil à 9H, pour notre dernière journée au Japon nous allons faire une journée plutôt tranquille. La seule solution que j’ai trouvé pour regagner l’aéroport demain matin ne semble pas la plus évidente mais ça sera en faite la plus simple pour nous. Au lieu de prendre le Narita Express à Shibuya Station, nous le prendrons à Tokyo Station. Cela nous permettra de prendre un taxi pour rejoindre la gare alors que Shibuya est trop près pour y aller en taxi et trop loin pour faire le chemin à pied avec nos valises.

Je demande par message à notre hôte Airbnb, de nous réserver un taxi pour le lendemain matin 5h15, en direction de Tokyo Station, elle me répond peu après que c’est fait. Niquel !

Nous sortons ensuite de l’appartement pour aller recharger nos cartes au 7 Eleven, il ne nous manque pas grand-chose pour aujourd’hui mais le minimum qu’on peut y mettre est de 1000Y. Tant pis, on achètera des boissons et quelques course avant de partir pour demain. Quand on sort, il commence à pleuvoir et surtout, il y a du vent alors mon parapluie ne tient pas très bien le choc. On décide de repasser à l’appartement sur le chemin, pour récupérer un parapluie. Il y avait en effet 3 grands parapluies transparents à notre disposition dans le Airbnb, les japonais en utilisent énormément et je les ai vu partout ces parapluies !

On prend ensuite le bus pour rejoindre Shibuya Station. Au passage, je décide de m’arrêter à un guichet JR pour acheter nos billets pour le Narita Express de demain, comme ça, on aura tout. On fera la queue pendant 20 bonnes minutes avant de finalement pouvoir acheter nos billets au départ de Tokyo Station. Nous dépensons nos derniers yens en liquide comme ça, car le billet ne coûte pas moins de 3000Y par personne.

Une fois cette bonne chose de faite, nous partons enfin prendre le métro pour rejoindre Ikebukuro. C’était le dernier quartier qu’il nous restait à faire dans mon planning de visite.

Le trajet est court mais en sortant de la station de métro il est déjà plus de 11H. Il ne pleut plus du tout et le ciel est même en train de se dégager. Bizarre, ils avaient annoncé de la pluie toute la journée pourtant.Nous nous baladons un peu dans les rues avant de finalement rejoindre le Life Safety Center qui propose une démonstration de sécurité pour les tremblements de terre. L’accueil y est un peu froid mais on nous invite à noter nos prénoms et nos âges pour prendre part à la démonstration de midi. Le centre est en libre accès au public de 12H à 13H alors nous devrons attendre jusqu’à la. Pendant cette demi-heure d’attente nous sommes dans une salle où sont diffusées des vidéos sur les comportements à adopter et les choses à ne pas faire lors d’un tremblement de terre.

Nous sommes rejointes par 5 chinois et un anglais qui participeront à la même séance que nous. Il est 12H pile quand on nous invite à monter à l’étage supérieur et à entrer dans la pièce. Ici, une dame nous accueille avec le sourire et nous invite à nous assoir. Elle demande à tout le petit groupe d’où nous venons et si nous avons des gros séismes chez nous. Tout le monde répondra par la négative.

Elle nous indique ensuite que le séisme que nous allons vivre dans le simulateur a la même puissance que celui de la catastrophe de Fukushima en Mars 2011. Seulement là, la secousse ne durera que 45 secondes contre les 3 minutes du vrai séisme. On nous montre les réflexes à avoir, se mettre sous la table et tenir le pied en hauteur, pas en bas.

Un premier groupe venu de Hong-Kong se prête à l’expérience. Ils se mettent assis autour d’une table, simulant ainsi un déjeuner. Soudain, le tremblement de terre commence, tout tremble, puis ça se calme, puis ça revient… c’est assez impressionnant à voir ! Les 45 secondes paraissent longues en voyant les gens sous la table en train de galérer à s’accrocher aux pieds de la table.

Le deuxième groupe est composé de nous deux et le touriste Anglais. Vivre l’expérience est encore plus impressionnante, on est vraiment au cœur de l’action et même en s’accrochant au pied de la table, on a du mal à garder les genoux par terre tellement ça tremble de partout. En sortant, au bout de ce temps interminable, j’en avais encore la tête qui tournait.

Le troisième groupe passe et réalise la même performance, avant qu’on nous invite à partir.

Nous remercions l’équipe et quittons les lieux. Nous partons maintenant déjeuner au Lotteria situé non loin de là, sur le chemin vers le centre commercial. Cette enseigne que j’avais connu en Corée est aussi très implantée au Japon et avait éveillé la curiosité d’Adélie. En revanche, servir un « Tapioca Drink » avec du soda c’est quand même très bizarre, qu’on se le dise ! Après un bon burger nous reprenons notre chemin dans Ikebukuro.

Nous longeons la grande rue commerçante avant de rejoindre le Sunshine City, le centre commercial du quartier.

Ici se trouve le très grand magasin Pokemon Center. On fini par le trouver après une petite lecture du plan illisible de ce mall et Adélie craque bien évidemment pour un petit souvenir. Il y a un monde fou dans cette boutique ! Nous faisons le tour de quelques autres boutiques avant de finir par repartir vers la gare.

Le dernier arrêt de la journée se fera dans un mall de luxe situé à côté de la gare, pour faire un tour à la chocolaterie Kit-Kat. Je pensais qu’il s’agissait là d’un magasin entier mais nous avons plutôt affaire à un corner qui vend les produits Kit Kat « de luxe » dans un grand espace dédié à la nourriture. J’achète un assortiment de quelques Kit Kat insolites en souvenir, et nous repartons en direction de Shibuya.

Nous rentrons à l’appartement sur les coups de 15H. C’est très bien, cela nous laisse le temps de faire nos valises et de préparer notre départ. Ce soir, on se fera plaisir : karaoké, restaurant, peut-être une petite crêpe et un dernier purikura ?

Je suis rassurée, ma valise a l’air de pouvoir se fermer correctement, je ne vais pas devoir aller acheter un sac ou une valise au dernier moment… ouf ! :D

Il est 17H15 quand nous terminons nos valises et partons en direction de Ebisu. Nous décidons d’y partir à pied au lieu de prendre le bus qui va nous déposer du mauvais côté de l’avenue. Nous arrivons devant le Big Echo Prime mais ce dernier semble fermé. Nous nous dirigeons vers un autre Big Echo indiqué par Google Maps mais il est également fermé. On a la poisse dis donc ! Finalement, on se dirige vers un autre à quelques centaines de mètres et cette fois c’est bon, il est ouvert. Yes !

Il semble moins grand que celui dans lequel nous étions à Hiroshima mais ça va tout de même être sympa ! A peine arrivées, on nous demande, nom, date de naissance et numéro de téléphone. Je ne sais pas du tout à quoi servent ces informations. On nous demande ensuite de choisir une boisson qui sera incluse dans le prix. Je choisis un cocktail sans alcool au fruits rouges et Adélie un thé froid au citron. On nous demande combien de temps nous souhaitons rester, nous allons prendre juste une heure. On nous monte ensuite à notre cabine de karaoké. Elle est bien plus petite que celle d’Hiroshima mais la télé est plus grande !

On vient nous amener nos verres quelques minutes après et nous voilà parties pour 1H de chant. Cette fois, on sait comment enchainer les chansons alors on est plus efficaces que la dernière fois, on peut en profiter un max. A 10 minutes de la fin, le téléphone sonne, il est bientôt l’heure de partir. Une dernière chanson et c’est déjà la fin.

Il est 18H30 quand nous quittons le karaoké pour aller reprendre le métro pour Shibuya. Nous arrivons au cœur de Shibuya peu de temps après. Nous avons décidé d’aller manger au restaurant pour notre dernière soirée au Japon. Nous dégustons donc notre dernier repas dans un restaurant très bruyant, comme souvent ici lol

En sortant du restaurant, Adélie veut manger une crêpe japonaise pour la dernière fois, nous partons alors à la recherche d’une boutique à crêpes mais ce n’est pas ce qui manque sur l’avenue principale. Nous nous prenons chacune une crêpe et nous baladons dans l’ambiance de Shibuya une dernière fois. La même chanson passe encore en boucle dans les enceintes des rues, on fini par la shazamer tellement on l’a entendu.

Il me reste plein de petites pièces, je ne sais pas quoi en faire, nous décidons de passer 300Y dans des machines à pinces mais nous ne gagnerons rien cette fois-ci. Dernier arrêt pour dépenser les dernières petites pièces : les purikuras ! Je parviens à faire changer toutes mes pièces de 10Y pour obtenir les 400Y qui nous permettent de nous faire une petite session photos. Ce soir, il y a la queue devant la plupart des machines mais nous n’attendrons pas plus de 5 minutes avant de pouvoir nous prendre pour des japonaises devant l’objectif.

Un dernier petit tour pour descendre le grande avenue de Shibuya et c’est déjà l’heure de rentrer. Nous traversons le carrefour de Shibuya pour la dernière fois.

En voulant repartir à pied, on tombe finalement pile sur la station de bus d’où part notre bus, évidemment, nous avons compris tout ça le dernier soir, ce n’est pas drôle sinon ! Nous allons finalement attendre un bus pour ne pas avoir à faire le chemin à pied. Il partira quelques minutes plus tard.

En rentrant, nous nous arrêtons au Lawson/Daiso à côté de l’appartement pour vider nos cartes SUICA de nos derniers yens. Nous achetons de quoi grignoter dans l’avion et d’autres bricoles.

Nous arrivons à la maison à 21H30, il nous reste à finir de préparer nos affaires pour demain et nous ne trainons pas pour aller nous coucher à 22H30 car une courte nuit nous attend.