Voyage en Bretagne [12.07.20 : Pointe du Raz et Pont l’Abbé]

Ce matin, réveil difficile à Quimper après la grosse journée d’hier. Le programme ne sera pas moins fatiguant aujourd’hui car nous ferons pas mal de voiture pour nous rendre aux 4 coins du Finistère. Le premier arrêt de ce matin : la Pointe du Raz. Mais en attendant, c’est direction la salle du petit-déjeuner.

Il est presque 9H quand nous prenons la route pour la Pointe du Raz. En chemin nous traversons de jolis villages et nous arrêtons finalement face à la magnifique Église Notre-Dame de la Clarté et Saint-Budoc à Beuzec-Cap-Sizun. Quelques places de parking sont accessibles à proximité pour profiter de ce bel édifice.
Nous faisons le tour mais l’entrée semble fermée. Tant pis ! Continuons notre chemin !

Ce qui est le plus frappant en chemin, ce sont tous les hortensias que nous rencontrons. Chaque maison a plusieurs hortensias donnant sur la route, on en trouve des roses et des violets plus ou moins foncés, c’est vraiment magnifique. Ma mère qui adore les fleurs, est ravie.

Nous arrivons finalement à la Plage de la Baie des Trépassés. Le paysage est superbe.

Un sentier permet de rejoindre la Pointe du Raz mais en voyant la petite ascension je perdrai l’envie d’un de mes parents (je ne dirai pas lequel !). Pas grave, j’avais prévu le coup ! Nous faisons un tour sur la plage qui est déserte pour l’instant et remontons en voiture.

Direction la Pointe du Raz, où le chemin est bien délimité. Le parking est payant, il nous en coûtera 6.5€ pour la journée. Les aménagements sont situés à une vingtaine de minutes à pied de la pointe, une jolie balade nous attend pour nous y rendre.

Évidemment, les boutiques et restaurants ont pris possession des lieux mais une fois cette étape passée nous voilà sur le petit sentier de randonné au bord de l’eau. La vue est époustouflante. Au loin, les vagues se fracassent sur les rochers qui se rapprochent de plus en plus.

Je ferai de nombreux arrêts pour faire différentes photos et vidéos le long du chemin. Nous ne croiserons du monde que sur la fin du sentier, ce dernier étant plus resserré.

Nous atteignons finalement la pointe, accessible par un petit sentier caillouteux. Pour aller plus loin sur les rochers, il faut s’aventurer sur un petit chemin bondé de monde et surtout très glissant. Nous n’irons pas plus loin mais profiterons de cet endroit qui nous semble être le bout du monde.
Une avancée dans le vide avec une barrière permet de se la jouer à la « Titanic ».. mais il faut bien tenir son chapeau ou sa casquette, car ça décoiffe !
Nous entreprenons le retour de notre balade, le soleil commence à taper, il fait 25°C, moi qui avais peur d’avoir froid en Bretagne… !

Nous nous arrêtons pour déjeuner dans une des brasserie présente sur le site. Tout est vraiment peu cher et rapide à manger, ça nous convient très bien. Nous terminons bien entendu par une petite crêpe faite devant nous. Miam !
J’en profite pour faire le tour des boutiques souvenirs, je parviens enfin à trouver une carte postale et un magnet. J’achète même des niniches, le pur produit de Bretagne ! On discute avec les commerçants qui nous disent ne voir que très peu de monde, cela ne fait que quelques jours qu’ils commencent à ravoir un peu de clients et uniquement des Français. Cette dame avec qui nous avions échangé nous conseille de nous rendre à la Biscuiterie de la Pointe du Raz à quelques kilomètres et nous remet un dépliant permettant d’avoir des gâteaux sur présentation du bon.

Nous récupérons la voiture et partons visiter cette Biscuiterie qui s’avère être sur notre route, à deux pas d’ici. Nous arrivons devant la Biscuiterie qui nous accueille bien entendu par une dégustation, le reste est dédié à la boutique. La visite de la chaine de production (bien qu’arrêtée aujourd’hui) est gratuite, c’est très rapide, nous suivons le parcours derrière une vitre et finissons pas une petite vidéo où j’apprends qu’il faut prononcer « Pointe du Ra » et non « Raze »… Oops !

Mon père craque pour des bières locales et nous récupérons notre petit paquet de biscuits offerts. On peut dire qu’il ne manque pas de beurre là dedans en tout cas !

Notre prochain arrêt pour cet après-midi : la Pointe de la Torche, située plus au sud.

En chemin, nous entrons dans la jolie petite ville de Audierne, nous nous arrêtons un instant face au port pour faire un rapide tour des environs. C’est très mignon et ça a l’air d’être une petite ville animée.

Retour en voiture, sauf que… nous passons cette fois devant une chapelle magnifique à quelques kilomètres de Saint-Jean-Trolimon. Demi-tour, je veux absolument m’arrêter ! Nous sommes un peu au milieu de nul part mais qu’à cela ne tienne, nous arrivons devant Notre-Dame-de-Tronoën, une vieille chapelle de pèlerinage du XVe siècle. Wahou ! Un calvaire se dresse aussi juste devant, il est le plus ancien des sept grands calvaires de Bretagne.

Nous faisons le tour et entrons dans la chapelle où un sens de visite a été aménagé.

Ce fut une belle découverte, c’est l’avantage de voyager en voiture, on peut s’arrêter où on veut, quand on veut !

Sur les coups de 17H nous arrivons non loin de la Pointe de la Torche. Il y a énormément de voitures, même si nous sommes en fin d’après-midi. Se garer ici va être compliqué. Nous essayons un grand parking à proximité de la plage et en tournant un peu, une place finie par se libérer. Ouf !

Nous marchons jusqu’à la plage pour nous mettre les pieds dans le sable. On sent vraiment le vent marin ici, on a du sel partout sans avoir approché l’eau pour autant.

Un blockhaus sort du sable à quelques mètres de nous mais sinon cela ressemble beaucoup à nos plages du littoral Aquitain. Voyant beaucoup de personnes dans l’eau on se demande quelle est la température…. 16°C ! Outch, on peut dire qu’il y a des courageux !

Après ce petit tour, nous reprenons la route pour Pont L’abbé où nous arrivons aux alentours de 18H. Ce petit village avait l’air très populaire dans mes recherches et à raison, lorsque nous arrivons nous voyons tout de suite un groupe, accordéons à la main, en train de répéter. Nous nous garons à proximité du centre et remontons la rue principale, piétonne pour l’occasion. Je comprends rapidement qu’il s’agit de la fête du village et pour l’occasion, plusieurs démonstrations vont avoir lieu. La première débute très rapidement sur le parvis de l’hôtel de ville, où nous nous trouvons.

Une présentation des costumes bretons traditionnels se déroule juste sous nos yeux. Beaucoup de visiteurs se regroupent, nous restons à l’écart mais cela ne gâche en rien ce spectacle authentique. La présentation se termine par une petite danse de groupe au milieu de la place accompagnée d’un chant traditionnel.

A côté, se déroule un petit concert de groupes locaux, et encore plus loin ce sont les danses tahitiennes qui sont à l’honneur (le rapport avec la Bretagne, je ne sais pas, je cherche toujours). Nous restons dans les alentours pour voir les quelques représentations avant de monter la rue pour faire un tour.

Il est près de 20H quand nous reprenons la voiture pour nous poser dans un restaurant à proximité du centre-ville. Nous mangerons dans les environs et profiterons de cette pause au frais pour se rendre compte que je viens d’attraper mon premier coup de soleil breton ! Il fallait le faire ça !

Il est 21h quand nous quittons le restaurant. Notre plan pour ce soir était déjà tout trouvé, j’avais prévu de rejoindre la station balnéaire de Bénodet pour assouvir notre passion… le casino ! C’était effectivement le casino le plus proche de Quimper que j’avais trouvé. En entrant dans la ville, nous ressentons tout de suite une ambiance de vacances, ça va clairement être difficile de se garer malgré le grand nombre de place le long de la plage.

Nous trouvons finalement un petit parking dans la zone résidentielle et partons en direction du casino. Le Casino Barrière de Bénodet est situé face à la plage et son superbe coucher de soleil. Je reste un petit moment à profiter de ces belles couleurs alors que beaucoup de monde se baladent.

Nous entrons ensuite dans le Casino, fidèle à tous les autres Casino Barrière, gel hydroalcoolique, machines séparées par des plexiglas, masques obligatoires. Nous passons une très bonne soirée, surtout que la chance était avec moi ce soir là !

Il est plus de minuit quand nous quittons les lieux, il nous reste une petite demi heure de route pour rejoindre Quimper.
C’est notre dernière nuit à Quimper et dans le Finistère, demain soir nous dormirons à Nantes, mais en attendant nous avons bien mérité une bonne nuit de repos.