Week-end au Cinque Terre [17.04.18 : Port de La Spezia et fin des Cinque Terre ]

En ce Mardi matin, nous nous levons un peu plus tard, nous avons le temps de trainer un peu, et surtout de constater qu’il n’y a plus d’eau aux robinets de l’appartement… Oula ! Je contacte Sara, notre très gentille hôte, qui est très embêtée et fini par appeler la compagnie des eau. Visiblement il y a eu une fuite dans la nuit dans le quartier et une bonne partie de la ville est coupée d’eau depuis ce matin. Mon hôte me confirme que sa sœur vivant à côté est aussi coupée. Bon ben, on va sortir comme ça, tant pis hein on verra bien tout à l’heure en rentrant.

Avec les billets de bus achetés hier, nous prenons le bus 3 qui s’arrêtent pile en face de l’appartement. En à peine 15 minutes, nous arrivons devant le « Giardini Pubblici », comprenez le jardin public. Plutôt vide en cette heure matinale, on est néanmoins accueilli par la date du jour (malgré le fait que les fleurs aient un peu brûlées au soleil !).

Nous traversons rapidement le jardin pour rejoindre le port. La Spezia dispose d’un grand port, très connu notamment pour les escales des bateaux de croisière. Nous avançons au milieu des bateau le long du port, bordé de jolis palmiers. La balade est vraiment sympa à faire !

Une file de touriste amassé attend pour embarquer sur le bateau à destination des Cinque Terre. Ça ne me donne vraiment pas envie ! :D

Au loin, un énorme bateau se démarque, en continuant à longer le port il devient de plus en plus immense. Je zoome avec mon appareil photo jusqu’à lire « Royal Caribbean ».. Aaaah, je comprends mieux ! Ce sont ceux qui font des énormes bateaux de croisière, alors je comprends mieux la taille de celui que j’ai sous les yeux. Un autre coup de zoom avec mon appareil photo et cette fois je lis « Symphony of the Seas » ! Une petite recherche sur Google et je me rend rapidement compte qu’il s’agit actuellement du plus gros paquebot du monde, livré le mois dernier. 362m de long pour 70m de haut, le tout pouvant accueillir plus de 6000 passagers et 2000 membres d’équipage. Ça en fait du monde !

Après être allés au bout du port, nous reprenons le bus sur une petite place fort sympathique afin de retourner à la gare. Nous nous arrêtons devant l’appartement pour faire une petite pause et regarder si l’eau est revenue (toujours pas), et nous regagnons la gare à pieds.

Nous nous installons dans le train (cette fois presque vide, en même temps il est pas loin de midi), pour rejoindre le dernier village qu’il nous reste à voir : Riomaggiore.

Nous arrivons à la gare et devons traverser un long tunnel pour arriver dans le centre du village. Le village se résume à deux endroits : la marina qui descend derrière nous et la rue qui monte en face de nous. Nous choisissons de commencer par la rue qui monte, histoire de nous faire les cuisses.

La rue est bordée de restaurants et cafés en tout genre. Les maisons sont toujours aussi mignonnes et le linge pend toujours aux fenêtres haha ! Nous nous arrêtons dans une boutique de fish & chips et partons avec notre cornet sous la main pour nous poser sur un banc et déguster notre repas. Beaucoup de gens font de même, il faut dire qu’il fait encore super beau, aujourd’hui j’ai laissé ma veste à la maison car hier je me la suis vraiment trimballée pour rien !

Nous arrivons en haut de la rue, il n’y a plus que des habitations ensuite, alors nous décidons de redescendre pour rejoindre la Marina. Il faut descendre quelques escaliers avant d’arriver face à la mer. Nous nous promenons un peu dans le coin mais il n’y a pas de possibilité d’avoir un meilleur point de vue, la côte n’est pas très enfoncée à ce niveau là. Nous repartons en sens inverse, non sans s’arrêter faire une pause toilettes (car les toilettes sont gratuits avec le pass, très pratique !).

Nous regagnons la gare de Riomaggiore et même depuis là, le paysage n’en finit pas ! Nous avons une vue perchée sur les collines avec le célèbre petit escalier escarpé qui descend jusque dans la mer bleu turquoise. C’est magnifique !Notre escapade pourrait se terminer là, mais nous voulons absolument revoir le joli petit village que nous avions vu en premier : Monterosso. Et surtout, Julien avait vu là-bas, une petite boutique qui vendait des produits locaux (Limoncello, Grappa…) et qui paraissait bien moins attrape touriste que les autres. Nous décidons donc de reprendre le train jusqu’à là-bas.

En attendant le train, un énorme nuage vient s’en mêler, nous voilà sous une petite averse. On file s’abriter sous le hall de la gare, comme tous les autres touristes. Merde alors, j’ai laissé ma veste à l’appartement aujourd’hui, on avait eu une tellement belle journée hier ! Un hélicoptère ne cesse de faire des allers-retours dans le ciel, sûrement quelqu’un s’est-il perdu dans les montagnes ? Il se rapproche du village mais revient toujours bredouille avec son treuil qui se balance dans le vide.

Finalement, le train arrive. Nous courrons dedans pour se mettre à l’abri et traversons les 3 villages que nous connaissons déjà, il ne semble plus pleuvoir. Nous arrivons à Monterosso et constatons qu’il ne pleut absolument pas et qu’ici tout est sec ! Il fait, comme hier, une chaleur à tomber. En sortant de la gare, nous voyons un immense nuage rempli d’eau, juste au dessus d’un village plus loin, c’est à tout les coups Riomaggiore !

Nous refaisons un tour le long de la mer car nous avions adoré nous balader ici la veille. Nous remontons dans le centre ville (cette fois sans faire la balade qui grimpe mais en passant par le tunnel), puis nous retrouvons la boutique de produits locaux. Nous achetons du Limoncello ainsi que de la Grappa (la célèbre eau-de-vie de marc de raisin produite en Italie).

Nous regagnons ensuite le bord de mer pour nous poser en terrasse, avec vue sur la mer. Nous sirotons un milkshake et profitons de ce beau soleil. Sur la plage, quelques courageux tentent la baignade alors qu’un tournage chinois à lieu non loin de là. On essaye de deviner ce qu’ils veulent faire mais à part jeter des chapeaux en l’air et courir au ralenti sur la plage, on ne comprend pas trop l’intérêt de ces plans.

Il est 16h30 quand nous regagnons la gare de Monterosso pour repartir en direction de La Spezia. En effet, 20 minutes plus tard, nous arrivons à La Spezia. Dans le train, je parlais avec Sara, notre hôte, qui m’a envoyé un article mentionnant la grosse coupure d’eau sur la moitié de la ville, à cause d’un problème majeur sur le viaduc environnant. Aïe, ça a l’air sérieux. Bien évidemment, notre hôte n’y est pour rien, mais elle insiste pour passer nous déposer de l’eau minérale si jamais on veut se faire des pâtes (ah ces Italiens… !), ou du thé.

Au moment où nous arrivons devant l’appartement, nous tombons nez à nez avec Sara qui nous amène 6L d’eau minérale, rho c’est trop sympa. Elle nous annonce également que l’épicier où elle a acheté l’eau lui avait dit que l’eau courante était en train de revenir. Nous montons ensemble à l’appartement et ouvrons les robinets : victoire ! Bon, elle nous conseille tout de même de cuisiner à l’eau minérale car il va falloir laisser couler l’eau un petit moment avant de pouvoir la boire. Sara nous tend aussi une bouteille de Limoncello et nous dit que le mari de sa soeur travaille dans un restaurant au Cinque Terre, qu’elle peut du coup avoir des bouteilles de Limoncello et qu’elle nous en a ramené une en cadeau. C’est vraiment adorable !

Nous indiquons à Sarah que nous partirons à 10H le lendemain matin, elle viendra directement récupérer les clés. Nous passons la soirée tranquille non sans déboucher le Limoncello que Sara nous avait amené. Il est vraiment très bon !

Le Mercredi peu avant 10H, nous faisons un premier voyage vers la voiture pour amener nos affaires, Sara arrive quelques minutes après pour récupérer les clés. On la remercie chaleureusement  pour son accueil et nous prenons la route en direction de la France. Bien évidemment, nous croiserons des bouchons, des accidents et des tunnels, encore et toujours des tunnels -_- Nous ferons une petite pause à Nice pour déjeuner sur les coups de 13H, et nous arriverons à Montpellier en fin d’après-midi.

Les Cinque Terre furent vraiment une jolie parenthèse pour nous et le soleil a bien aidé à se mettre dans cette ambiance italienne. On a vraiment adoré !